AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me

Aller en bas 
AuteurMessage
Lisbeth L. Queen
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me   Sam 6 Mar - 0:08


SOMEBODY SAVE ME
Présentation de " Lisbeth Queen "






c.o.m.m.e.n.ç.o.n.s..d.o.n.c


    - NOM & PRENOM :
    - ÂGE :
    - ORIGINE :
    - RACE :
    - DATE DE NAISSANCE:
    - CAMP :




o.ù..e.n..é.t.i.o.n.s.-.n.o.u.s




      Sommaire


    CHAPTER ONE : One day on the ice : Le père de Lisbeth lui apprend à patiner sur la glace, c'est la dernière fois qu'elle verra son père.
    CHAPTER TWO : See the light on the darkness : Beth dois rejoindre ses amis dans un bar de Shreveport quand elle entend des appels au secours. Elle vient alors en aide à un jeune homme attaqué par trois malfrats. C'est la première fois que la jeune fille se sert de son pouvoir et devient la patineuse d'argent.
    CHAPTER THREE : How I met love : Les années ont passées, les choses ont changée. La mère de Beth est sur le point d'épouser un milliardaire que Beth déteste. Elles ont déménagé à Métropolis et Beth rencontre Oliver Queen qui est venu parler affaire avec son futur beau père.
    CHAPTER FOUR : 99 roses : Oliver a invité Lisbeth à diner. Le diner est interrompu par l'intervention forcé de l'archer vert et de la patineuse d'argent. Les deux jeunes gens, se rendent compte de la double vie de l'autre et Oliver lui propose de la présenter au autre membre de la ligue de la justice.
    CHAPTER FIVE : The justice league : Oliver emmène Lisbeth au talon pour qu'elle rencontre Chloé (Tour de Guet) et les autres. Lisbeth est ravi de faire enfin parti du équipe. + premier baiser d'Oliver et Lisbeth.
    CHAPTER SIX : Davis Bloom must die : Oliver est révolté par l'attitude de Clark qui refuse de tuer Davis Bloom. Lisbeth tente de le resonner lorsqu'il veut agir seul, puis finalement elle se joint à sa cause. + enterrement de Jimmy Olsen.
    CHAPTER SEVEN : No place for broken hearts : Oliver a disparu de la circulation, tout le monde est anéanti pas la mort prématuré de Jimmy. Clark a décidé d'agir seul et de se détaché de ses amis. Lisbeth et Chloé se réconfortent mutuellement et deviennent de réelles amies. Finalement, Chloé a élucidé un stratagème pour faire revenir Oliver à la raison, Lisbeth lui vient en aide.
    CHAPTER EIGHT : Diamond are the girl's best friends : Oliver est redevenu lui-même. Pour Lisbeth, ce sont de merveilleuse retrouvailles. Oliver la demande en mariage.
    CHAPTER NINE : The wedding : Après l'épisode de l'archer noir, Oliver et Lisbeth se rendent compte du caractère éphémère de la vie, ils décident de se marié plus tôt sans avertir leur proche. Leur union à bien lieu mes est écourtée par une mission importante : Clark, Chloé, Oliver et Lisbeth doivent venir en aide à un groupe de héros légendaires, la Justice Society of América, dont font parti le Docteur Fate, Hawkman et StarGirl.
    CHAPTER TEN : The life in Mrs Queen's shoes : Lisbeth se rend compte que porter le nom d'un célèbre milliardaire a changer sa vie, tout le monde, y compris sa patronne tyrannique, est a ses pieds. Elle trouve cela très dérangeant et en fait part à son mari ainsi qu'à Chloé.



e.n.f.i.n..fi.n.i


    - Pseudo / Nom :
    - Âge :
    - Code du réglement :
    - Avatar:
    - Localisation :
    - Présence: /7
    - Depuis quand faîtes vous du RP ?:
    - Comment avez vous trouvez le Forum :
    - Multi-Compte ( si oui, précisez ) :
    - Jurez vous de vénérer les admins Rolling Eyes ? :
    - Votre avis:
    - Autre chose ? :



Dernière édition par Lisbeth L. Queen le Lun 8 Mar - 2:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somebody-save-me.superforum.fr
Lisbeth L. Queen
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Re: Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me   Sam 6 Mar - 0:33

      « Shall we begin like in David Copperfield, I’m born, I grow up…Or shall we begin when I was born to the world of darkness, like I called ?»
      INTERVIEW WITH THE VAMPIRE – FROM LOUIS TO THE JOURNALISTE.


ch. I - one day on the ice

Si je devais raconter comment je suis devenue la femme que je suis aujourd’hui, je commencerais par cette journée ; C’était en plein mois de décembre, il neigeait dans la petite ville Shreveport où j’habitais à l’époque et mon père m’avait fait chausser des patins pour la première fois de ma vie, j’avais sept ans et je m’en souviens comme si c’était hier. Ce fut aussi le jour où je vis mon père pour la dernière fois. J’étais alors bien loin de m’en douter à l’époque, mon cœur n’était alors animé que par la joie de me retrouver sur la glace pour la toute première fois de mon existence et tout le reste semblait n’avoir aucune importance à mes yeux. Les jolis patins plus blancs que la neige que je portais à mes petits pieds effaçaient tout le reste, je n’avais alors pas remarqué l’attitude étrange de mon père.

La main dans celle de mon père, je marchais dans la neige jusqu’à la patinoire. Chaussée de mes patins à glace, il m’était difficile de mettre un pied devant l’autre mais je ne renonçais pas, j’avais tellement envie d’y aller que j’aurais très bien pu m’y rendre pieds nus si cela avait été nécessaire. Mon père n’avait pas encore chausser les siens, il avait tenté de me résonner en partant de la maison, de me faire comprendre qu’il serait plus facile de porter mes patins à la main et de les enfiler une fois arrivé à la patinoire mais je n’avais rien voulu entendre. Ils étaient trop beau pour que j’attende une seconde de plus avant de les mettre. Sur le chemin, je compris pourquoi mon père avait voulu que j’attende pour les mettre, c’était une horreur de marcher dans la neige, perchée sur les lames de mes joli patins. Néanmoins, je ne renonçais pas, la patinoire était tout prés et j’étais bien décidé à y aller.

Arrivé à la patinoire, mon père chaussa ses patins, il me paru encore plus grand que ce qu’il n’était déjà. Il me souleva de terre et me posa délicatement sur la glace. Je perdis un peu l’équilibre et me rattrapais à lui, il se mit à rire et s’accroupis près de moi.

      f a t h e r ━ « Il faut que tu te fasses confiance à toi-même, cherie. Ne doute jamais. Jamais. Et quand tu auras compris ça, tout te parraitra si simple. »
      b e t h ━ « Et si je tombe ? »
      f a t h e r ━ « Tu te relèvera, d'accord ? Tu me le promet ? »
      b e t h ━ « C'est promit, papa. »


Confiante, je m’élançais. D’abord je ne lâchai pas la main de mon père, puis, à mesure que j’évoluai sur la glace, je me senti plus à l’aise. Ça devenait plus facile de minute en minute et pour rien au monde je n’avais envie de quitter la patinoire. Cela semblait également faire plaisir à mon père de me voir si enthousiaste.

Nous rentrâmes à la maison après une heure où deux de patinage, je n’avais pas quitter la glace que je voulais déjà y retourner, mais il commençait à faire nuit et mon père me promis un bon chocolat chaud en rentrant à la maison ce qui me décida à quitter mes patins. Maman, nous attendais à la maison, elle s’était assise dans le canapé pour lire un livre, maman adorait lire, elle lisait à longueur de temps, un trait que j’ai hérité d’elle.

      b e t h ━ « Maman ! Maman ! Tu ne voudras jamais croit ce qu'il m'est arrivé aujourd'hui ! C'est trop génial ! Les patins. C'était comme dans un rêve, comme...comme si je volais ! Tu aurais du voir ça ! »
      m o t h e r ━ « Voler ? Waouh ! ça dois être vraiment très chouette. »
      b e t h ━ « C'est merveilleux ! Comme si j'étais une super héroïne »
      f a t h e r ━ « Mais tu en est une, ma chérie. Une super héroïne avec de joli patin ! »
      b e t h ━ « Oui ! Je suis la...hm...la patineuse d'argent ! »
      m o t h e r ━ « C'est une super idée, Liz, mais maintenant, la petite patineuse d'argent dois aller manger, et aller dormir si elle veut être en pleins forme pour venir en aide à plein d'innocent demain. »


Ainsi, après avoir manger ma soupe et avoir pris mon bain, je partais me coucher. Comme chaque soir mes parents vinrent m’embrasser sur le front. Là encore j’étais à mille lieu de me douter que mon père le faisait pour la dernière fois de sa vie. Ce n’est que le lendemain matin, lorsque je vis maman en pleurs dans la cuisine que je compris que je ne révérait plus jamais mon père. Il était parti, nous laissant seul maman et moi.


      « Her face is a map of the, is a map of the world. You can see she’s a beautyful girl, she’s a beautyful girl. And everything around her is a silver pool of light. The people who surround her feel the benefit of it ; it makes you calm. She holds you captivated in her palm. Suddenly I see, this is what I wanna be. »
      KT TUNSTAL - SUDDENLY I SEE


ch. II - see the light in the darkness

Mon père nous avait quitté depuis maintenant onze ans, je venais tout juste d’avoir dix-huit ans et je n’avais d’autre intérêt dans la vie que mes amis, les livres et le patin à glace. Même si je me sentais trahis par mon père qui nous avait lâchement abandonné, moi et ma mère, je continuais d’adorer le sport qu’il m’avait fait découvrir, j’étais d’ailleurs devenue très bonne bien que je refuse de participer à un quelconque concours, pour la bonne et simple raison que je trouvais cela trop surfait. J’aimais rester discrète et ne pas me faire remarquer. Ce soir là, mes amis m’avaient donné rendez-vous dans un bar de Shreveport, au départ, j’avais décliné mais ma mère m’avait convaincu d’y aller. Elle disait que je sortais trop peu et que ce n’était pas normal pour une jeune fille de mon âge, j’avais donc suivi son conseil, chaussée mes rollers et j’étais parti en ville. Les rues étaient calmes, c’était à la fois apaisant et effrayant. Shreveport était un endroit peu fréquentable la nuit, on pouvait y croiser des malfrats, prêt à piquer le sac de vieille dame, ou n’importe quoi d’autre.

Tandis que je déambulai dans les rues sombres, perchée sur mes rollers en chantonnant, j’entendis un appel au secours. D’abord je cru que c’était mon imagination, après tout j’étais seule dans la pénombre, mon esprit pouvait m’envoyait n’importe quelle hallucination qui passerait pour vraie à mes yeux. Je tendis l’oreille pour vérifier que cet appel était bien réel et je l’entendis de nouveau. Un garçon avait des ennuis. Je ne sais ce qui m’a poussée à aller l’aider mais pour ma part je ne voyais aucune autre alternative que de lui venir en aide, la fuite était impensable pour moi. Je poussais sur mes rollers pour accélérer mon allure et cherchais la ruelle où se trouvait le garçon. Je regardais à droit, à gauche, partout autour de moi et essayais de me guider avec le son de la voix du garçon. J’étais consciente que je fonçais droit dans la gueule du lion, mais rien n’aurait pu me faire changer d’avis. Ce besoin d’aller secourir cette personne agissait sur moi comme une pulsion, je n’avais d’autre idée en tête, il fallait que j’y aille. J’atterri enfin dans la rue d’où le garçon appelait. Il était seul contre une bande de trois gaillards. Dans une montée d’adrénaline, je m’approchais deux, les poings serrés et m’écriai :

b e t h ━ « laissez le tranquille ! »

Sitôt après avoir prononcé ces mots, je me mis à les regretter. Une énorme boule s’était formée dans ma gorge et je ne pouvais plus bouger, j’étais complètement tétanisée. Les trois loubards se tournèrent vers moi et se mirent à rire. J’en conclu de moi même qu'il ne valait mieux pas leur demander ce qu’il y avait de si hilarant, je n’eus pas non plus le courage de les provoquer en leur demandant s’il n’avait pas honte de s’attaquer à trois contre un pauvre garçon seul.

l o u b a r d n° 1 ━ « Regardez ce qui s’amène, les gars, la fille Adams en rollers ! »

Je me fichais d’ordinaire que se moque de mon look de gothique (tout le monde n’est pas parfait, et tout particulièrement à l’adolescence, n’est-ce pas ?), mais dans ce cas-ci, cela m’irritait à un telle point que je lui aurais bien coller mon poing en plein milieu de la figure, si j’avais été plus courageuse et légèrement plus baraqué d’un brin d’herbe, s’entend. Tandis que les trois affreux bonhommes s’avançais dangereusement vers moi, je reculais d’un pas, prise soudain de panique. J’allais mourir, c’était certain. Ils se mirent en ronde autour de moi et se mirent à me pousser légèrement chacun leur tour, me poussant de plus en plus fort. Je commençais à avoir vraiment peur.

b e t h ━ « Arrêtez ! »

J’avais beau les supplier, ils ne s’arrêtaient pas. L’un deux me poussa si fort qu’il me fit mal à l’épaule. Le garçon à qui j’avais voulu venir en aide me regardait, tétaniser. J’avais envie de lui crier d’appeler la police mais c’était comme si ma bouche n’obéissait plus à mon cerveau. Au moment où ils commencèrent à me frapper, une chose étrange se produit. Quand je voulu me protéger de mes bras, une sorte d’onde magnétique avait repousser mes agresseur et les avait mit chao. Bouche bée, je contemplais la scène.


g a r ç o n ━ « Wouah ! Comment tu as fait ça ? T’es un genre de…de super héroïne ou quoi ? »
b e t h ━ « Je…euh. On dirait… ouais. »

Je n’avais absolument pas compris ce qu’il s’était passé. J’avais apparemment produit une sorte d’ondes de choc qui avait terrassé mes adversaires. Le garçon me fixait avec des yeux à la fois fascinés et apeurés. Je tentais de lui sourire pour le rassurer.

g a r ç o n ━ « Et tu te fais appeler comment ? C’est quoi ton nom de super-héroïne ? Wonderwoman ? Electra ? Phoenix ? Elle terrasse tout ses adversaires sans les toucher, comme toi…et elle est immortelle, enfin elle se régénère à chaque fois qu’elle meurt, elle renait de ses cendres…cool non ? Tu connais ?

Je fis non de la tête. J’étais tombée sur un dingue de comics, il ne manquait plus que ça ! Je les trouvais ringards, ces fanas de la Bandes Dessinée qui ne vivaient qu’à travers leur héros capable de soulever des voitures à bout de bras ou d’éteindre un feu de forêt juste en soufflant dessus.

g a r ç o n ━ « Alors, toi c’est quoi ? »

J’aurais largement préférée un simple merci, mais le jeune homme semblait obnubilé par mon nom de super héroïne. J’en conclu que je n’aurais la paix qu’une fois que je le lui aurait dit, alors sans réfléchir je lançais :

b e t h ━ « Euh…la patineuse d’argent. »

Le visage du garçon s’illumina, je sentis, cependant, le mien perdre de ses couleurs. Je n’avais qu’une envie, qu’il parte et surtout, qu’il la boucle sur ce qu’il venait de se passer, au lieu de ça, il sauta en l’air et s’écriant « c’est trop génial, j’ai rencontré une super héroïne ! ». Je soupirais et décidai de passer mon chemin, le laissant dans son délire.


Dernière édition par Lisbeth L. Queen le Jeu 11 Mar - 1:16, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somebody-save-me.superforum.fr
Lisbeth L. Queen
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Re: Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me   Sam 6 Mar - 0:33

ch. III - how i met love


Dernière édition par Lisbeth L. Queen le Jeu 11 Mar - 1:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somebody-save-me.superforum.fr
Lisbeth L. Queen
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/02/2010

MessageSujet: Re: Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me   Dim 7 Mar - 2:41

+ 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://somebody-save-me.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lisbeth, Liz, Lizzie, Beth, the silver slipper...whatever, it's me
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le Manoir de Lisbeth
» [NIE] Silver Chute Spider
» Vente de Quick "silver" !
» [EDH] Karn, Silver Golem
» Le retour de Warhammer Quest : Warhammer Quest : Silver Tower

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Somebody Save Me :: ▬ START TO THE BEGINING ▬ :: • cartes d'identité • :: Fiches validées-
Sauter vers: